ambiance

Restaurations orgues


 

 La Suisse nous a accueilli à Vevey (Canton de Vaud) pour la restauration de l'orgue  Friedrich Goll (opus 181 1898) de l'église protestante Ste-Claire

        Grand-orgue C-f"
 Récit expressif C-f"
Pédale C-d'
  Bourdon 16' Gemshorn 8'Contrebass 16'
  Principal 8' Aeoline 8'Subbass 16'
  Bourdon 8' Vox-coelestis 8' Violon 8'
  Gamba 8' Wienerflöte 8' 
  Dolce 8' Salicet 4' 
  Flauto dolce 8'  
  Prestant 4'  
  Flauto amabile 4'  
  Mixtur 2' 2/3  
  Oboe 8'  

 

Les sonorités très subtiles et le soin apporté à sa construction, avec de nombreux détails réalisés avec une remarquable finesse, font de cet orgue un instrument d'une grande beauté. 

Outre les travaux de relevage, l'Association pour la Restauration de l'Orgue de Ste-Claire (AROSC), projette d'offrir à cet instrument un "retour en arrière" en nous confiant la refabrication de la très belle façade de l'ancien positif de dos, en forme de lyre,  qui avait disparue.

 


 Restauration de l’Orgue Silbermann
de l’église Saints-Pierre et Paul à Eschentzwiller (68)

 

Photo Jean-Paul Lerch

 

I Positif de dos 

 II Grand-orgue

III Echo

 Pédale

49 notes, C-c’’’

 49 notes C-c’’’

25 notes c’-c’’’                 

 25 notes C-c’

 Bourdon 8'

 Bourdon 8'

Bourdon 8’

 Octavenbass 8’

 Flûte 4’

 Prestant 4'

Prestant 4’

 Trompette 8’

 Quinte 2 2/3

 Flûte 4’

Cornet 3rgs

 

 Doublette 2

 Nazard 2 2/3

 

 

 Tierce 1 3/5

 Doublette 2'

 

 

 Trompette de récit 8’ c’-c’’’

 Tierce 1 3/5

 

 

 

Cromhorne 8 B+D entre h et c'

 

 

 Accouplement  I/II

Tremblant doux

Tremblant fort

 

Plutôt que de parler d’une restauration de l’orgue d’Eschentzwiller, il conviendrait d’évoquer une reconstruction, tant le nombre de pièces neuves est important.
Cela ne diminue pourtant en rien l’importance historique de cet instrument et les découvertes que cette restauration-reconstruction aura permise. D'autant que les éléments anciens sont répartis dans tout l’instrument et restent en grand nombre, surtout en matière de tuyauterie.
Même si aucun élément n’a été épargné par les interventions successives, les traces et les particularités des pièces concernées ont permis de retrouver les proportions, la disposition, le cheminement du vent, etc.
Pour reconstituer le puzzle, il a fallu visiter un grand nombre d’instruments du même facteur et de même type, c'est-à-dire avec un buffet en quatre pieds.
Les principaux orgues visités ont été Saint-Quirin (1746), Soultz-les-Bains (1762) et Sundhouse (1750). Chacun d’entre eux contient des éléments uniques ;  plusieurs visites ont été parfois nécessaires pour comprendre des reliquats qui pouvaient paraître anecdotiques mais indispensables à la compréhension de l’œuvre.
Ce travail de recherche principalement mené par Christian Schalck, avec la réalisation des plans, et Quentin Blumenroeder a été long et minutieux, tant pour le buffet que pour la tuyauterie, qui fut également réalisé avec la complicité de Vincent Noeppel. Une fois de plus les résultats de ces recherches se sont avérés prépondérants quant au résultat final de l’instrument.


 Relevage de l’orgue J.A Silbermann 1781,
de l’église protestante de Gries (67)

 

Photo Jean-Paul Lerch

 

  
    Clavier
(49 notes C à c’’’)
 Pédale
(27 notes C à d’)
      Bourdon 8'
 
      Prestant 4' Soubbass 16'
      Floete 4’ Octavbasse 8'
      Nasard 2'2/3 Prestant 4'
      Doublette 2' 
     

 Tierce 1'3/5

 
      Sifflet 1'(B+D) 
      Cornet 4 rgs (D) 
      Fourniture 3 rgs 
      Cymbale 2 rgs 
       
      Tremblant doux
 
      Tremblant fort
 

 


 Relevage de l’orgue Curt Schwenkedel
de la Chapelle du Collège Saint-Etienne à Strasbourg (67)

Photo Jean-Paul Lerch

 

 I. POSITIF

56 notes - C-g'''

 II. GRAND ORGUE

56 notes - C-g'''

III BRUSTWERK  expressif

56 notes - C-g''' 

 PEDALE 

32 notes - C-g'

 1. Bourdon 8' 1. Bourdon 16' 1. Quintaton 16' 1. Principal 16'
 2. Prestant 4'
 2. Montre 8' 2. Flûte conique 8' 2. Soubasse 16'
 3. Flûte à cheminée 4' 3. Bourdon 8' 3. Unda maris 8' 3. Flûte 8'
 4. Doublette 2' 4. Prestant 4' 4. Principal 4' 4. Principal 4'
 5. Larigot 1' 1/3 5. Flûte à fuseaux 4' 5. Nazard 2' 2 /3 5. Nachthorn 2'
 6. Cymbale 3  rgs 6. Doublette 2' 6. Principal 2' 6. Mixture 4-5 rgs
 7. Sesquialtera 2rgs 7. Quarte 2' 7. Tierce 1' 3/5 7. Posaune 16'
 8. Cromorne 8' 8. Grosse Tierce 3 1/5 8. Sifflet 1' 8. Trompette 8'
  9. Sesquialtera 2 rgs 9. Mixture 4 rgs 9. Chalumeau 4'
 Tremblant 10. Petite Fourniture 2 rgs 10. Trompette 8' 10.Clairon 4'
  11. Mixture 4-6 rgs 11. Ranquette 16' 
  12. Cymbale tierce  
  13. Trompette 8' en chamade Tremblant 
  14. Clairon 4' en chamade
  



 Accouplements par dominos
Pos./ G.O.
Réc. / G.O.
Réc. / Pos
Tirasses
G.O./ Pos. /Rec.
3 combinaisons ajustables
Annulateurs Anches G.O. Pédale et Mixtures

 


Relevage de l'orgue Schwenkedel de la Basilique de Marienthal (67)

 
 

 
 Restauration de l’orgue de Raedersdorf (68)
 
 Orgue Jean Frantz (1811, II/21) de l’Eglise Saint-Étienne à Raedersdorf
 
 
 
 Lors de notre visite à Raedersdorf, nous avons été agréablement surpris par l’état de l’instrument et la quantité de matières historiques.
Les modifications artistiques n’ont pas été systématiques, permettant ainsi de retrouver les sonorités d'origine.
Nous avons été agréablement surpris par ses qualités sonores qui semblent avoir,  à la fois un enracinement dans le passé avec un accès agréable au répertoire 17e et 18e, mais également un côté visionnaire qui ouvre l'accès au répertoire bien plus tardif que cet instrument.
Cette restauration a permis de redonner ses lettres de noblesse à cet instrument et à l'œuvre de Johann Frantz de cette lignée de facteurs d’orgues. Il était important que la première restauration soit menée avec beaucoup de soin afin que l'on mesure la qualité de cet l'instrument.

Sur le plan organologique et historique cela en fait une œuvre majeure du patrimoine alsacien est suisse.

Devant l’importance de l’objet et son état de conservation, nous avons été contraints, nous les facteurs, à nous soumettre totalement aux choix esthétiques et techniques de 1811.
Il revient maintenant aux musiciens de faire de même, de comprendre les différentes subtilités de l'instrument avec ses contraintes, qui sont des informations sur l'utilisation qui pouvait en être faite à l'origine.
Le répertoire idéal pour cet instrument reste à découvrir. Nous pouvons supposer que les orientations orchestrales faisaient partie des éléments recherchés dans cet orgue, même si celui-ci avait clairement des racines dans le classicisme.

 
 
 
 Restauration de l’orgue André Silbermann
de l’Eglise Sainte-Aurélie de Strasbourg
 
 
 
 Sur le plan des reliquats d’origine, cet instrument ne comportait plus que des éléments du buffet : façade du grand-corps avec les décors, façade et côtés du positif avec les décors.
Dans l’instrument 460 tuyaux d’origine étaient préservés, dont seule une partie avait conservé leur biseau et hauteur de bouche. C’est avec ces éléments que nous avons pu faire des comparaisons avec les autres orgues de Silbermann qui ont conservé leur hauteur de bouche.
Nous avons compris, lors de cette reconstruction, à quel point les instruments de Silbermann sont différents en fonction de leur destination. Il est évident que la liturgie joue un rôle majeur et que les Silbermann  concevaient un instrument différent s’il était destiné à des protestants plutôt qu’à des catholiques. S’agissant de Ste-Aurélie, paroisse protestante, nous avons constaté, que tout a été fait pour une recherche de force et de brillance, comme on peut le retrouver en Saxe.

Cette impression est confirmée par les caractéristiques de la tuyauterie de l’orgue réalisé, en 1738 par Johann-Andreas Silbermann, pour le couvent des Unterlinden de Colmar, qui lui, est au contraire orienté vers la douceur.
L’écoute de l’orgue de Ste-Aurélie nous éloigne bien de Marmoutier, mais nous rapproche des orgues de Gottfried Silbermann en Saxe.
Cette reconstruction fut également une opportunité pour tester l’intérêt de copie stricte.
Le comportement musical se trouve en corrélation avec le toucher, tant des claviers que du pédalier. La copie des tuyaux de bois s’avère également être remarquablement efficace avec une Soubasse 16 tellement fondamentale et rapide qu’elle fait presque illusion de la présence d’un jeu d’anches de 16’. Les basses en bois, des Montre 8 Grand-orgue et Montre 4 du Positif ont une sonorité parfaitement égale aux tuyaux en étain.
Citons un travail de recherche important sur la restitution des proportions du buffet qui a été réalisée par Christian Schalck Maître ébéniste à Neubourg (67).
Les recherches fut également menées pour les travaux de reconstruction de la partie instrumentale avec la visite de la plupart des orgues d’Andreas Silbermann.
On ne peut que se féliciter, au vu du comportement musical, de cette rigueur et du temps consacré à la recherche.
Ce fut pour mon équipe et moi-même une grande expérience.



 

 
 Relevage de l’orgue historique Stiehr à Krautwiller (67)
 
 
Photo Site "A la découverte des orgues d'Alsace"